Philippe Gras

1 poème par jour sur un sujet d'actualité

06 novembre 2010

Jean-Luc Mélenchon menace Laurence Ferrari

Mélenchon bout sur le velours de Drucker.

Libération, 6 novembre 2010.

Retraites : le reflux de la mobilisation se confirme.

Le Figaro, 6 novembre 2010.

Samedi soir sur "Paris Dernière", l’ancien sénateur socialiste dérape vers l’extrême-gauche et se livre à un réquisitoire contre les présentateurs de télévision, à commencer par sa bête noire, Laurence Ferrari. Et Jean-Luc Mélenchon de se mettre dans la peau d’un véritable bolchevik, qui tonne contre les hauts salaires auxquels il veut prendre 75% des revenus.

Les syndicats n’ont pas cru sonner la retraite
Dans les temps impartis par celui d’un débat
Mais ce n’est pas fini le soir du grand sabbat
La lutte à prendre un droit n’est pas abstraite.
Car en défense aussi la lutte est plus distraite
Un péquin doit souffrir et mieux porter le bât
Que l’élite assez gaie et peu brave au combat
Car le pouvoir suffit aux gens et les maltraite.
La lutte est dans l’esprit fait au combat social
Car les vrais partageux font cet assaut spécial
De soumettre une élite à ses grands maléfices.
Là vous donnez du rêve à de pauvres témoins
Donc le pain noir pour tous et de fats artifices
La liberté d’en vivre à des gens qui ont moins.


Commentaires

Poster un commentaire