Philippe Gras

1 poème par jour sur un sujet d'actualité

18 août 2010

Le discours de Nicolas Sarkozy fort et bête selon Cohn-Bendit

Moody's met en garde quatre grands pays contre une perte de leur note "AAA".

Le Monde, 18 juillet 2010.

Polémique entre la France et la Commission européenne sur les mesures anti-Roms.

Libération, 18 juillet 2010.

Daniel Cohn-Bendit nous en remet une louche en stigmatisant la politique de Nicolas Sarkozy sur la sécurité, sur une grande station de radio. "C’est tellement fort et bête ce qu’il dit, que ça ne nous permet pas de réfléchir". Pour Daniel Cohn-Bendit, le chef de l’État ne donne pas la complexité de l’insécurité des Français, qui passe aussi par la précarité liée à la crise et à l’économie en repli. C’est l’ensemble du tissu social qui serait affecté par un climat social désintégré.

Pour d’aucuns, le chef doit se casser la figure
Si le peuple a compris tout l’esprit de l’erreur
Mais le Français surtout se prête au bagarreur
La palabre à son goût n’est pas de bon augure.
L’action d’un vrai meneur aussi le transfigure
Ces gens-là vont un pied plat sur le démarreur
Peu importe un faux-pas chaussé avec horreur
La mémoire après-coup aux regrets l’inaugure.
Chercher la solution n’est pas bien la question
Mais plutôt le chemin pour ouvrir leur gestion
C’est ce qui plaît surtout qui donne ainsi envie.
Les revers sont affreux tant l’esprit ne voit pas
Sur un chemin du vrai mais sur l’œuf de la vie
Plat mais rond roulant vite à l’arrêt d’un trépas.


Commentaires

Poster un commentaire