Philippe Gras

1 poème par jour sur un sujet d'actualité

17 août 2010

Christian Estrosi ne croit pas avoir fait de sonnerie

Police nationale : 3.500 suppressions de poste envisagées dans les trois ans.

Le Monde, 17 août 2010.

Brice Hortefeux : "Un dialogue constuit avec les maires, et pas répressif".

La Provence, 17 août 2010.

La sortie médiatique de Christian Estrosi pour sanctionner les maires en matière de sécurité n’est pas du goût de tout le monde, mais le maire de Nice ne comprend pas qu’il a fait une bourde, comme cet échange assez cocasse avec un journaliste le révèle.

Chacun éprouve un gros dégoût pour le primaire
Tant chaque effet d’annonce a son méchant effet
Dès lors l’auteur en prend un coup dans le buffet
Le grand public a l’art du respect pour son maire.
Mais le ministre hélas n’a pas trop de grammaire
Comme il se trouve en fait assez près d’un préfet
Son grand dam de tambours et trompette en effet
Résonne à notre oreille en un sens très sommaire.
Réfléchissons quand même à son ton de discours
Jauger son maire à des enfants n’a pas trop cours
Mais vraiment pour certains c’est la pilule amère.
Pour la plupart d’entre eux sa gestion des recours
Laisse à penser vraiment aux propos de commère
Mais qui bien sûr pourrait se rendre à son secours.

Posté par poactu à 17:59 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire